Le sens de la déficience et du handicap dans notre société

La déficience, la vôtre et celle des autres, est un rappel à tous de la condition humaine, qui implique vulnérabilité et finitude mais aussi diversité.

On peut réagir à la déficience avec angoisse, fuir ou au contraire considérer qu’il s’agit d’un défi, d’une invitation pressante à vivre chaque moment et chaque rencontre avec intensité.

Vous avez peut-être du mal à vous situer, à comprendre le monde dans lequel vous vivez. Et réciproquement, le monde qui vous entoure ne comprend pas toujours votre vécu, vos besoins, et n’a pas forcément conscience de votre potentiel.

Le handicap, le vôtre et celui des autres, est un rappel de la fragilité de la place de l’individu au sein de la société. Tout y est pensé et organisé en fonction de la majorité des personnes, celles qui sont dans la norme.

C’est un défi, une invitation au dépassement de soi, à la solidarité, à la découverte de valeurs profondément humaines. Le handicap, le vôtre et celui des autres, met la société au défi de s’adapter à tous.

Et plus la société sera inclusive, plus elle sera riche de ce que chacun y apporte.

39 B
Jeune-femme, atteinte d’une déficience motrice
« Si j’attendais un enfant, (…), je crois que je préfèrerais faire le moins d’échographies possibles. Si on apprend qu’il est handicapé et qu’on décide de le garder, aux yeux de la société on en devient responsable. Je regrette ce regard culpabilisateur, ce manque de solidarité. »
Libération

42
Le philosophe Alexandre Jollien, atteint d’une déficience motrice
« Il faut combattre l’idée qui, automatiquement, laisse entendre que chaque handicapé connaît un sort peu enviable. Voilà à quoi doivent contribuer les milliers de différents qui, dérangeant et bousculant les indifférents, sont bien forcés d’assumer leur fragilité avec joie et persévérance et savent aussi jubiler devant la vie. »
Alexandre Jollien, Philosophe, Le métier d’homme – éd. Seuil

107 D
Témoin anonyme
« Je sais qu’aujourd’hui les personnes handicapées ont de nouvelles propositions à nous faire. Parce que ceux qui ont accédé à l’acceptation active sont porteurs d’une grande expérience qui les a ouverts, ils peuvent être des apporteurs d’idées nouvelles. Oui, parce qu’ils sont différents, ils s’éloignent de la moyenne en exprimant leur particularisme et donc leur richesse. Ils nous rappellent que les grandes étapes de la vie et de l’évolution sont toujours nées de situations instables et difficiles. »
Pas de référence

156
Lerena, atteinte d’autisme
«  Je pense être appréciée de mes collègues, bien que je ne prenne pas toujours part aux activités sociales ordinaires (la pause-café, par exemple). Il y a de temps en temps des petits malentendus car j’ai besoin d’avoir des instructions très claires sur ce que je dois accomplir, étape par étape (sinon je vais le faire à ma manière et ça ne correspond que rarement à ce que l’on attendait de moi), mais j’ai généralement été louée pour ma rapidité de travail et mes idées fulgurantes. »
madmoizelle.com/autiste-temoignage-487131, publié le 02/04/2018